Bio

Comme au Pilori, traversant la ville, je devrais déambuler sur le web, mes diplômes autour du cou, mes disques d’or et de platine pour mes années dans le son, (double Platine d’ailleurs) mes bulletins de salaires de réalisateur auprès des grandes maisons de disques, et compositeurs et arrangeurs, et photographe aussi avec les diplômes de mes écoles prestigieuses et les premiers prix à des concours de circonstances, pire encore signer mes photos avec une belle typo en cursive et me justifier.

C’est un travail solitaire que celui de photographe, et si je devais « m’autobiographer », c’est un résultat, une somme d’un travail d’autodidacte aussi, ce mot ne m’a jamais vraiment convenu et aujourd’hui, j’arrive mieux à l’identifier, ce serait plutôt comment j’ai cerné mon comportement autistique qui mêle le haut potentiel intellectuel aux troubles de l’attention, donc il est bien difficile de rentrer dans le moule, c’est un problème d’intégration, c’est pourquoi le travail intérieur de la photographie comme de l’écriture d’ailleurs me convient mieux, et même si j’ai longtemps oeuvrer dans la musique, ce n’est pas sur scène que je me sentais le mieux, ce n’était pas intégrer au groupe, mais dans d’autres recherches de climat et de composition sonore. 

C’est un véritable travail d’introspection et le plus difficile pour moi aura été de se détacher de la meute et de la doxa de l’industrie, pas qu’il n’y ai que de mauvais coté, mais pour le bien être de s’intégrer, on plie, on accepte le jeu pour faire comme les autres.

Ce qui me poursuit ou ce qui m’accompagne plutôt et que je cherche quand je travaille d’ailleurs, c’est sans cesse de retrouver cet état de conscience modifié, c’est donc ça le travail d’artiste, non loin de celui de l’hypnose en fait ou de la méditation. L’histoire de la photographie a bien démontré que Baudelaire a eu tort sur l’idée, pire encore sa piètre opinion, qu’il s’était fait de la photographie qu’elle n’est pas la simple bête et méchante copie de la réalité. Elle nait de l’impressionnisme, Nadar et son Ballon non loin de Manet et les autres… C’est sur ce chemin que je me sens bien, et les outils technologiques d’aujourd’hui permettent de parfaire le travail de laboratoire du photographe-compositeur. Le mélange des techniques comme on constitue sa palette, Si je l’ai connu dans le son, je l’utilise sans complexe dans l’image en connaissant les techniques argentiques et sans tomber dans l’aberration.

Le but n’étant pas de savoir si ma photo est nette ou si elle respecte les règles de l’académie, mais de savoir si je retrouve le climat et l’émotion intacte au moment où je déclenche. C’est un vieux débat, si je préfère utiliser ces vieux outils pour capter l’image, c’est une préférence et une logique sur mon travail, aujourd’hui nous pouvons choisir, l’argentique, les moyens formats me correspondent, culturellement certainement ; un travail à l’envers de tout, sur la lenteur,  le physique contre le virtuel et la chimie contre le numérique.

Bienvenue !

 

cropped-cropped-lm-signature.png

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.