Sieste

Chateau-Gaillard-Printemps

Comme si nous y étions de nouveau dans ces étés d’avant les mobilisations, sans vraiment attendre, dans ces dimanches des bourgeois de Paris, ces parties de campagnes, moments de libertés volées à toutes les contraintes aux humiliations perpétuelles. L’échappée belle, mais jusqu’où, jusqu’à quand encore ? Ne sentez vous pas enfin cette odeur de poudre, de gaz, de sang dans la bouche, de ces haines ? Un dormeur du val qui aurait, dans sa petite sieste printanière et en cherchant un peu de futilité pour se soustraire à tout çà, pressentit son funeste destin.

LE DIABLE EST DANS LE BETAIL

Avant Propos
Même à Emile Zola, on lui a reproché de s’étaler trop dans le misérabilisme et de desservir l’image si vertueuse de la classe laborieuse. Lantier en pervers narcissique, ou les vieux qui claquent au fond des cagibis, non, la gauche demande à Emile de lever le pied sur sa peinture sociale, les pauvres c’est noble, Oximore ? A coté mon voleur de carte postale fait triste mine, même s’il m’a apporté quand même le petit plaisir d’en énerver quelques uns. Jeunes et vieux, wesh. Mais ça ne me contente pas. J’ai repéré de nouveaux bons clients extraits de la petite débâcle de la fin de semaine anglaise, les décombres sans le talent de Lucien (les vieux socialos aiment bien se faire un petit frisson à lire Rebatet), L’insurrection gueguerre façon société du spectacle.

ACTE XVIII Scène ? ( Machin, machin et machine ) en didascalie : Ils rêvassent douillettement de la débâcle,  du lendemain matin, après le grand soir, Enfin la c’est une matinée. Lenine lui-même posait la question : Vous ferez quoi ? pour le moment réponse sartrienne, ce sont des existentialistes je présume «  bin… attendre le garçon de café… ou  Robespierre, de la propriété c’est le vol, du Proudhon s’il c’est nécessaire, l’être suprême NTM. Qu’est ce qu’on attend !!!  Le paltoquet s’il vous plait… TOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOC… TOC, TOC, TOC… Haaaaa

règles des trois unités Lieu, Temps, Fait
Paris, les champs Elysées, trois amis discutent à une table…
Mise en place du décor (c’est de la récup : message pour la prod, )

Une table de bistrot, chaises, on y fout le feu, et les acteurs sont en terrasse enfin ce qu’il en reste, au beau milieu de la voie publique, samedi c’est piéton.. C’est hidalgo ça aussi ? Ils attendent repus comme de bons actionnaires le ventre gonflé de dividende… Mais attendre quoi maintenant ? Qu’on vienne te servir ? Que le loufiat de l’établissement qui finit de cramer surgisse des débris de verre, enlève les gravats de la cuisine, le plâtre sur son beau costume de pingouin et prenne la commande :
Nestor« que veulent ces messieurs dames  ?  Du pâté de campagne? Un air d’accordéon ? Une Valstar ? Des chips ? Un khebab, avec des potaitoz et de la sauce blanche ?
Anonymes : « C’est un symbole» En chœur comme dans les tragédies grecques sauce blanche

Des trois mousquetaires du désarroi, la mégère se prend pour la baronne du Fermoir de Monsac pour un instant seulement, toute cette scénette filmée non pas par Garrett Brown L’inventeur de la steady cam,  mais pas le journaliste qui filme la liberté d’expression parce que chez BFM c’est tous des juifs, heu non pardon, des sionistes, sur ce sujet ils sont tous cultivés. Et le film bin ce ne sera pas « Bound for glory »… La grande classe ce Woody Guhtrie, le Johnny Cash de la Cambrousse.  Et maintenant qu’on allume la mèche de la débâcle, que vont faire ces êtres suprêmes ? Robespierre aide-moi ! Comme  carte des menus,  en terrasse, on peut leur amener à lire du Benoit Malon ou  des trucs sur la commune de paris, ne leur dites qu’ils finissent fusillés par Thiers, ne leur gâchons pas ce plaisir. Ou déportés, Ha oui oui entre français ça se fait aussi, Chut, ils découvrent la révolution, ne leur spoilons pas les niveaux du gameplay.

 

 

Le Voleur De Cartes Postales

prorally-136398391744702601

30 Mai 1968… L’avenue des champs Elysées..

Les voleurs de cartes postales… Un nouveau style de tourisme fait florès à Paris, Les provinciaux en mal de sensations fortes peuvent désormais, chaque Samedi, se défouler après une bonne semaine de travail. Haaa les 35 heures… Merci Martine, 200 000 heures de sommeil dans une vie, et grâce à Martine et la réduction du temps de travail depuis 36, on a vu dans une vie se dégager au moins le même temps : 200 000 heures, Que faire de cette oisiveté ? Enfin du temps de libre pour flâner dans Paris, pardon, pour flamber dans Paris…

Alors le plus génial dans tout ça, ce ne sont pas les éternelles images rapportées par la presse qui n’oublient pas le droit d’auteur et les sensations fortes, où l’on s’indigne mais que secrètement on aimerait dépouiller nous aussi les marques de luxe, bandes de coquin-e-s. Non c’est au milieu d’un reportage de je ne sais quelle chaîne, ou vu, c’est inévitable, sur les merdiques réseaux sociaux, que j’ai vu le diable, dans le détail bien sûr

Avenue des champs Elysée on crame un établissement genre vespasienne de 1900, le courageux vendeur de tours Eiffel importées de chine, c’est vrai que Eiffel avait surfacturé ses travaux du canal de Panama, quelle honte, il est bien puni… Oui je continue, Et bien le tourniquet qui normalement vend des cartes postales pour les touristes, hé bien les super révoltés, les rebelles, les enragés,les détrousseurs de cadavres qui passent après ceux morts bravement au combat, les Ténardiers du champ de bataille, le révolutionnaire de la terreur, le collabo quoi, celui qui finira dans la milice, qui dénoncera son frère, bref on connait l’histoire, hé bien ce bon français, n’oublie pas de piquer au passage son petit souvenir, acte révolutionnaire XVIII notoire, le système vacille, une petite larme, lacrymale de courage bravache mais quand même tatave le gazier.

Une petite carte postale qu’il ramènera dans sa cambrousse où il ne se passe rien, son trophée arraché à la pieuvre capitaliste. Bobonne prépare la popote, il pousse la porte, «J’ai fait le parterre qu’elle dit mon dieu que tu es sale mon lapin ! ».. Elle va passer son gilet à la machine et l’étendre sur le tancarville à coté de ses culottes en dentelles, qui émoustillent notre combattant, au passage. « Ca s’est bien passé mon chéri je t’ai pas vu à la télé… j’ai eu peur tu sais…J’ai fait des hamburgers comme t’aimes… ils n‘ont même pas bloqué le super « U » Lui, héros du Samedi, non pas du dimanche mais presque, regarde son trophée… Haaaa Verdun, le chemin des dames… Pétain, Enfin il regarde le cul de Bobonne, il lui en mettra un coup et l’honorera tel un héros mytho…logique.

Les champs Elysées, ce n’est plus un modèle national… Le symbole est drôle, ils aiment les champs Elysées preuve que ce sont des ploucs, des culs terreux, nous les parisiens, on va au salon de l’agriculture pour voir les vaches, on s’emmerde pas à aller dans vos bleds morts et on se casse très loin, très très très loin, pour nos vacances là où il y a d’autres pauvres plus pauvres que vous mais joli et tout bronzés. Bien..

Il y a eu le voleur de bicyclette, il y a le voleur de carte postale. On a franchi un cap dans la connerie. Ha les revendications ? Ha oui les classes moyennes qui se croyaient riches ? J’en ris encore… Bin vous allez crever avec la p’tite carte postale… Le poilu s’endort jusqu’à Samedi prochain s’il n’y a pas l’anniversaire du p’tit…. A suivre.