On démonte, on remonte.

Erreur fatale, je me relis… Autant sur mes petites chroniques d’humeurs, que ce soit truffé de fautes et de passages abscons, ça se comprend, c’est pour de la rire, mais quand on a dans le rétroviseur des mecs comme Flaubert, qui lui, a mis 7 piges à pondre sa Bovary, alors que son scenario, lui a pris 3 semaines, je crois que là je m’y prends comme un flan. J’messplique. C’est le format de qui ne ma va pas. Si encore, c’était un truc déjà tout fini et édité et tout le tintouin, mais non, je sais ouske j’vais bien sûr, je peux même prendre des chemins buissonniers, mais en relisant mes lettres comme l’aurait fait le beau Serge, tout m’ennuie, Alors je change, oui j’me censure, Ne vous inquiétez pas… Tout va reprendre sa place. Et vite !

 

Moi, Passe Muraille ?

Ha oui je ne saisis pas tout, cette complicité qui m’habite qui me partage entre photographie écriture et musique, je n’avais pas remarqué que ces trois disciplines pour employer un mot d’enseignement à la grecque, étaient si liées, du moins chez moi. Reprenons depuis le début. Enfin il n’y a pas d’ordre chronologique, à chaque note et ce dès le plus jeune, dès la première touche de piano croisée, s’ouvre à moi, une image, un climat sur lequel mettre des mots. Alors oui la photo, à chaque cliché s’ouvre une histoire, et des sons, comme un cinéma démantibulé, et on continue, à chaque mot écrit, une image qui s’anime. On touche du doigt tout ça, comme si l’on passait à  une autre dimension, un passe muraille, un psychotrope puissant.

Bien sûr on peut essayer de garder raison et se dire non, non, non, Madame mon épouse avait bien raison, Monsieur mon mari, il faut être électricien ou pâtissier enfin un truc où je ne vagabonde plus, pour devenir propriétaire… Oui propriétaire, c’est important, capital  mais où ai-je donc la tête ? Voilà, tant qu’à visiter les fées et les muses, la fée électricité me reliera à la terre, c’est raisonnable. Merci la vie !  Sans compter les jaloux, Ne parlez pas de votre don de dieu : vous êtes le Schpountz !

Alors, d’accord, moi je veux bien faire comme tout le monde, payer mon terme, être un bon père, un bon mari, être l’ami sur qui on peut compter,, alors  d’accord pour ne plus passer pour un excentrique, me réfugier derrière la technique, c’est bien, la technologie, devenir un bon ouvrier, « à défaut d’avoir du talent sois un bon technicien me disait un pote du cinéma ». Bien je serai « cheville ouvrière » et « travailleur de l’ombre » surnoms donnés par les grandes sociétés de productions de disques. Confiez moi un budget, jamais aucun dépassement je m’y engage, Économe et artiste c’est possible … Enfin artiste, dans l’industrie ce n’est pas incompatible. C’est ce qui se dit. Demandez à Dali…

Bref, De l’air, on étouffe ici.  écrire plutôt que lire, photographier plutôt qu’écrire, composer plutôt que photographier, lire plutôt que penser…  Bon sang mais c’est bien sûr, Consubstantialité…  ! tout est lié, rien ne s’oppose, c’est le même truc qui gigote, je n’ai pas à choisir c’est la même chose, le roman c’est de la peinture, demandez à Flaubert,  la peinture, c’est de la poésie, demandez à Baudelaire, Nadar n’est pas si loin….  Et puis la musique.. bin demandez à Debussy, à Deodat de Séverac, à Satie s’ils ne font pas de la peinture… Beethoven était tellement sourd qu’il croyait qu’il était peintre… Alors moi quand je serai(s) grand je serai Passe Muraille..

Photo © Masha Mosconi

Le crime paiera t-il ?

14632917_10153963290554103_8340088322626356417_n

Le roman aussi ! Populaire de plus ! Noir, Policier oui. On va d’abord chez le libraire du coin, on achète les succès de librairie, et lire ceux qui cartonnent. Ho ne ricanez pas, même que 200 000ex  de chaque, je suis preneur,  voyez comme je n’ai pas d’ambitions. Quelle étrange entreprise que de vouloir faire frémir les honnêtes gens ; voilà où je navigue. Faire un voyage ce n’est pas faire du tourisme, et pour le voyage dans le temps, c’est pareil, il faut pouvoir animer un présent comme si l’on rentrait de ce long périple et que l’on racontait tout, soirée diapo s’abstenir, l’expérience n’étant pas la vérité, ce n’est pas grave finalement, immersion et inventions. Alors il faut ingurgiter des kilomètres de données de tous bords, complexes et contradictoires, anecdotiques, idéologiques pour y fabriquer des souvenirs, une réalité de roman. Il y a une grande différence entre Tintin en Amérique et le Lotus bleu… On ne peut pas être ignorant, si l’on doit être omniscient dans le monde romanesque que l’on fait vivre non ?

Tiens ça me rappelle, un truc sur Umberto Ecco, que je n’avais pas lu mais que l’on m’encensait, et quel savoir, et quelle culture, et blablabla, et les niveaux de lectures genre « comprend qui peut » même la populace peut comprendre quand même etc. Bon, il y a quelques temps, un ami lumineux, me conseille « le pendule de Foucault » quoi, tu n’as pas lu ça ? Bon pas bégueule, je me dis qu’après tout. Et Pan, dès le début, dans la visite du musée des arts et métiers, sur les modèles des voitures qu’il décrit, une Peugeot C6 ou quelques chose du genre, L’auteur voulant faire montre d’érudition mécanique et de précision, boum il se goure de modèle, d’années, oui, parce que moi je vérifie tout, il faut être un vrai flic si on veut écrire du crime, et si l’on veut qu’il paye et voir aussi une âme enfouie d’assassin qui sait. Donc à la 20eme page Umberto écrit une bêtise, le bouquin me tombe des mains. Ok, aucune incidence sur l’histoire certainement mais je n’ai plus confiance…  A mon tour, alors croyez moi, que le prix du café entre 39 et 44, ou le nombre de calories par jour, jusqu’au prix de l’étoile jaune et les fabriquants, il faut être dans le cadre, non pas pour réciter la leçon, non, au contraire, surtout pas, pour en sortir et tisser une fiction. Il m’a fallu bien cinq années d’immersion pour naviguer à l’aise dans cette fin de IIIème république et l’état français. Même s’il faut remonter à son début, à 70, et qui dit 1870, dit 1848, qui dit 48 dit monarchie de juillet, Empire, Brumaire, Terreur, constituante, pas jusqu’aux dinosaures, il faut être raisonnable. En passant par Sartre et la fille Laval par exemple.

Avoir un discours politique dans l’histoire, j’ai bien ma p’tite vision globale, une idéologie se rapprochant d’un anarchisme stoïcien pour résumer, mais comme lorsque j’étais enfant, il faut d’abord jouer à se faire peur, et comme chez Stanislavski… Et si … Conditionnel, et toutes les questions qui mettent en scène l’action et le présent. Un présent de roman bien sur, une illusion pour laquelle les gens payent comme disait Jouvet.  Ca m’plait bien tout ça.