LE DIABLE EST DANS LE BETAIL

Avant Propos
Même à Emile Zola, on lui a reproché de s’étaler trop dans le misérabilisme et de desservir l’image si vertueuse de la classe laborieuse. Lantier en pervers narcissique, ou les vieux qui claquent au fond des cagibis, non, la gauche demande à Emile de lever le pied sur sa peinture sociale, les pauvres c’est noble, Oximore ? A coté mon voleur de carte postale fait triste mine, même s’il m’a apporté quand même le petit plaisir d’en énerver quelques uns. Jeunes et vieux, wesh. Mais ça ne me contente pas. J’ai repéré de nouveaux bons clients extraits de la petite débâcle de la fin de semaine anglaise, les décombres sans le talent de Lucien (les vieux socialos aiment bien se faire un petit frisson à lire Rebatet), L’insurrection gueguerre façon société du spectacle.

ACTE XVIII Scène ? ( Machin, machin et machine ) en didascalie : Ils rêvassent douillettement de la débâcle,  du lendemain matin, après le grand soir, Enfin la c’est une matinée. Lenine lui-même posait la question : Vous ferez quoi ? pour le moment réponse sartrienne, ce sont des existentialistes je présume «  bin… attendre le garçon de café… ou  Robespierre, de la propriété c’est le vol, du Proudhon s’il c’est nécessaire, l’être suprême NTM. Qu’est ce qu’on attend !!!  Le paltoquet s’il vous plait… TOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOCTOC… TOC, TOC, TOC… Haaaaa

règles des trois unités Lieu, Temps, Fait
Paris, les champs Elysées, trois amis discutent à une table…
Mise en place du décor (c’est de la récup : message pour la prod, )

Une table de bistrot, chaises, on y fout le feu, et les acteurs sont en terrasse enfin ce qu’il en reste, au beau milieu de la voie publique, samedi c’est piéton.. C’est hidalgo ça aussi ? Ils attendent repus comme de bons actionnaires le ventre gonflé de dividende… Mais attendre quoi maintenant ? Qu’on vienne te servir ? Que le loufiat de l’établissement qui finit de cramer surgisse des débris de verre, enlève les gravats de la cuisine, le plâtre sur son beau costume de pingouin et prenne la commande :
Nestor« que veulent ces messieurs dames  ?  Du pâté de campagne? Un air d’accordéon ? Une Valstar ? Des chips ? Un khebab, avec des potaitoz et de la sauce blanche ?
Anonymes : « C’est un symbole» En chœur comme dans les tragédies grecques sauce blanche

Des trois mousquetaires du désarroi, la mégère se prend pour la baronne du Fermoir de Monsac pour un instant seulement, toute cette scénette filmée non pas par Garrett Brown L’inventeur de la steady cam,  mais pas le journaliste qui filme la liberté d’expression parce que chez BFM c’est tous des juifs, heu non pardon, des sionistes, sur ce sujet ils sont tous cultivés. Et le film bin ce ne sera pas « Bound for glory »… La grande classe ce Woody Guhtrie, le Johnny Cash de la Cambrousse.  Et maintenant qu’on allume la mèche de la débâcle, que vont faire ces êtres suprêmes ? Robespierre aide-moi ! Comme  carte des menus,  en terrasse, on peut leur amener à lire du Benoit Malon ou  des trucs sur la commune de paris, ne leur dites qu’ils finissent fusillés par Thiers, ne leur gâchons pas ce plaisir. Ou déportés, Ha oui oui entre français ça se fait aussi, Chut, ils découvrent la révolution, ne leur spoilons pas les niveaux du gameplay.

 

 

Auguste Renoir

La collection Paul Rosenberg ! Picasso, Laurencin, Braque, Matisse, Seurat, un délice, une gourmandise pour le gros Goering en son temps mauvais. et quand la jalousie de classe se décomplexait argumentée par un racialisme de propagande on a connu ça en France sous la révolution aussi, le saccage des bibliothèques privées… Oui j’ai des amis juifs, et juives aussi.. Ne sommes nous pas tous juifs en fait ? Oui l’élite culturelle suscite toutes les jalousies. Mais là n’est pas la question..
C’est au détour des salles de cette exposition, de grandes toiles des oeuvres magistrales, et là au fond d’une salle, on pourrait dire mis à l’écart, peut être moins spectaculaire, ce petit tableau de Renoir, dont j’ai oublié le nom, petit, oui 40 cms de large pas plus dans un gros cadre rococo qui étouffe presque l’image.
La photographie comme la peinture, à légale. Je reste collé, j’y rentre, je m’y promène, c’est une promenade normande ? Ou à Vezelay ? Peu importe, on y a chaud à s’éponger le front dans son mouchoir en tissu, on cherche la fraîcheur des petits chemins, Mireille, était l’épouse d’Emmanuel Berl à propos de petit chemin ; reste concentré Melizo, le bada-en-casse-croûte-de-cheval sur la nuque, le chemise ouverte débraillé comme jamais, le gilet déboutonné, les souliers empoussiérés des chemins blancs. Ce serait pour les dimanches d’un Bourgeois de Paris, dans les bois de la Malmaison.
Et puis la technique… Auguste comme Jean … quelque chose de populaire, tout le monde a dans ses souvenirs une image comme celle çi, dans ce détail, faire pause, cela pourrait être un acte militant finalement. Les impressionnistes se sont fait cracher dessus. Regardez ce Manet il ne sait pas peindre l’eau elle est orange.. On arrachait ses toiles on lui crachait dessus dans la rue… Et ce pauvre Fantin Latour pourquoi je pense à lui d’ailleurs, qui ne pensait qu’a peindre du nu, malgré ces beaux bouquets, c’est vrai, mais il devait peindre sa bonne femme et son mécène, même sa liseuse fut censurée, je cherche toujours pourquoi et aussi pourtant détenteur de la plus grande collection de photos de nus, fourni par un photographe espagnol, outil de travail disait il , il ne pouvait recevoir les modèles sous l’œil de Madame la protestante son épouse,
Auguste, ton chemin est une invitation à la liberté, à la subversion, à l’élégance et à la délicatesse, je m’y engage..