Emerveillement

C’est sûrement lorsque l’on comprend enfin que l’on doit être anonyme et non pas quelqu’un que tout arrive. Personne, perdu dans les milliards d’individus. Comptez jusqu’à 7 milliards  à raison d’un chiffre par seconde, il faut plus de 220 ans. Qui voulez-vous espérer être ? La messe est dite. Et l’émerveillement alors ? Il reste entier, il n’y aurait plus aucune chance à l’accident heureux, et entrer dans une fatalité numérique, où notre cerveau lentement devient la data idéale, ou pire encore aux croyances des astrologues et autres mages, voilà, l’exercice le plus compliqué celui de la discipline quasi scolastique, celui de la rigueur d’un empereur romain, de la logique d’un penseur allemand, c’est le chemin, comme on apprend à parler, à marcher, on apprend à penser. Vous voyez là, vous me lisez numériquement, et on pourrait se demander ce que fabrique le président de FB et à quoi il pense.
Il pense pour nous, et investit dans le cerveau-machine… Vous êtes prêts , nous sommes prêts, nous commençons à confier à des firmes sérieuses et puissantes nos albums de familles, notre vie, nous renseignons, sans cesse, sur ce que nous faisons, où nous nous trouvons. Quels sont les combats ? Les retraites ? L’égalité des droits ? La violence aux femmes ? Ah oui ! la planète… Sauver la planète de qui ? Du communisme ? On rit… De l’islamisme, on rit moins, des virus… Oui les virus les autres, peur des autres oui bien sûr. L ‘émerveillement, c’est échapper à tout cela, et chercher à fabriquer ces instants plutôt et peu à peu reconnaître les besoins artificiels aliénants. En revanche, je n’ai pas de formule magique ni de martingale de sorciers. La liberté individuelle est un sport de combat …

©Moi-2020

 

Ligne de vie

Ça commence par les ballons, les bulles de savon, voire une glace à l’eau
pour les petits chanceux comme moi; et plus loin au bout du chemin, pour ceux qui ont perdu des yeux leur enfance,. ceux pas comme moi donc,  Ah, la vie est bien foutue en fait, si l’on n’a pas compris encore, on repasse toujours comme un vol d’alouette… Ah ben non, vous ne pouvez plus imaginer même ce piaf qui, plus il monte en spirale, plus il chante… C’est fini tout ça, il n’y en a plus, ma chance, c’est que l’on aie pu me montrer et le ramage et le plumage, d’avoir goûté aux jouets et aux jeux innocents. Bon sinon, c’est tout droit en fait. Circulez.

©MOI-2019

Servitude

Dans le cas des marées et autres forces, Monsieur Étienne de La Boétie n’y pourrait rien. Une servitude toute involontaire, Impossible de se soustraire à toutes ces lois cosmiques. La science politique devrait aller dans ce même alignement des vertus cosmiques, mais la marchandise dérègle tout. Ni dieu ni maître, au désespoir et aux tourments d’Isaac Newton se demandant en prenant une pomme sur la tête – oui j’ai des références scientifiques discutables – toujours est-il que ce bon Isaac, croyant comme pas deux, se demanda en découvrant une loi qui avait bien pu l’écrire, et en avant les croyances… Ni dieu, ni maître, ni personne. Rien. Le néant.. Y’a personne là-haut.

©Moi-2019