On démonte, on remonte.

Erreur fatale, je me relis… Autant sur mes petites chroniques d’humeurs, que ce soit truffé de fautes et de passages abscons, ça se comprend, c’est pour de la rire, mais quand on a dans le rétroviseur des mecs comme Flaubert, qui lui, a mis 7 piges à pondre sa Bovary, alors que son scenario, lui a pris 3 semaines, je crois que là je m’y prends comme un flan. J’messplique. C’est le format de qui ne ma va pas. Si encore, c’était un truc déjà tout fini et édité et tout le tintouin, mais non, je sais ouske j’vais bien sûr, je peux même prendre des chemins buissonniers, mais en relisant mes lettres comme l’aurait fait le beau Serge, tout m’ennuie, Alors je change, oui j’me censure, Ne vous inquiétez pas… Tout va reprendre sa place. Et vite !