EN PENTE DOUCE

Quand Maman me racontait les fins de mois difficiles des années 50 il y avait, pour moi encore tout môme, quelques chose d’amusant et de chasse au trésor, sa façon de raconter y est pour beaucoup. à l’imaginer racler les fonds de tiroirs pour trouver une pièce de monnaie, rien de misérabilisme la d’dans, trop heureuse sûrement d’avoir survécu à tous les malheurs, et donc, pendant cette période glorieuse de productivité communiste du « ministre des manches retroussées » la jeune mariée qu’est maman a plus que de l’espoir et sûrement un vrai sentiment de liberté, un mari et une famille. Ceux qui ont vraiment beaucoup souffert sont les plus pudiques.

Me voilà bien embarrassé à raconter mon « normalisme » ? Faut du spectaculaire, faut que ce soit vendeur, faut d’la pleurniche, je cherche, je cherche…

Mon père, boitait, il avait une hanche en vrac à cause qu’un boche lui avait roulé d’ssus à la libération et si son toubib avait diagnostiqué que les douleurs étaient dues seulement aux privations de la guerre, et prescrit de l’huile de foie de morue… il avait fini par se retrouver, une pige à Berk, on lui avait collé un plaque avec des boulons, à la hanche. Il partageait sa piaule de l’hosto, avec un braquo qui était là, l’histoire ne dit pas pourquoi, un gars toujours en-fouraillé, et le paternel cachait son flingue dans boite à biscuit en métal. Un gamin ne planque pas un pétard dans une boite à gâteau, Voilà comment on apprend l’argot, et qu’on connaît des vilains. voilà aussi pourquoi il y a toujours eu une boite à biscuit à la maison, avec les petits grains de riz pour pas que le LU ramollissent. On est des durs !

La fauche, c’était un sport familial, mon père fauche, ma sœur fauche, mes oncles fauchent, alors je fauche… On n’est pas des malhonnêtes pour autant, on fauche pas le bien des particuliers, ça jamais, on empile pas son voisin, On resquille, Le père m’a toujours montré les bistrots où on avait le droit d’entrer, et les lieux des fils à papa à proscrire. Du coup la closerie de lilas, ben, je n’y ai pas trop de souvenirs émus, moins que le café de la gare, et les gentils troquets où on emmène sa future chérie. Les bagarres au couteau dans les bistrots, ben oui il y en a, la nana qui descend de la taule au dessus du rade et traverse ensanglantée la salle, en hurlant, poursuivi par un mec avec un couteau… Bin oui il y en a, vous croyez quoi, vous sortez où sans déconner ? Y’avait pas d’œufs durs sur le comptoir ? Des mégots par terre ? Bon.

Quand les bidonvilles ont disparu de Nanterre et de Puteaux, je pensais ne plus les revoir. Les courses pour le mois pour une famille de quatre enfants, la mienne, donc une famille de six personnes, je vous parle du caddy où il vous restera à acheter la baguette du jour. Et ceci dans les années 90 ! taux horaire du Smic en 93 était de 34 Francs pour un salaire de 5200. Ce chariot bourré de courses (essentielles pas de soda et de junk food mais les trucs de régies de la maison quand même ) pour une famille de 6 coûtaient 250 francs (1625 euros)… Et un loyer de logement public de 1911 francs soit 380 euros environs pour une surface de 100 m, dans un logement public en 93, je répète. Je ne retrouve pas dépenses de téléphone de 1993, l’abonnement mensuelle devait de 30 francs et 3 minutes pou 0,73 francs pour Paris Banlieue on passe au delà toutes les 20 secondes… Le diable est dans tous des détails. Je pourrais faire la même sur tous les postes… Racler les tiroirs comme ma mère faisait en 1950… Il y a un goût de reviens-y. Doucement en silence, en chausson en accusant le voisin…. Combien ont pris les actions des GAFAM, cette année ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.