HOSSEGOR

Le goût du sel, celui qui vous saoule, le souffle givré de Janvier, quand tout a disparu, les plus chers, les plus proches, lorsque orphelin de tout, pauvre comme le christ, comme Diogène, comme Saint Augustin, comme Ignace de Loyolla, après, bien après, ce mouvement perpétuel, ce pendule, nous transformera en sable, rien d’autre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.