Synchronicité

Je garde dans la
solitude
comme un
pressentiment de toi.
Tu viens ! et le ciel se
déploie,
la forêt, l’océan
reculent.

Tous deux, le soleil
nous désigne
par-dessus la ville et
les toits
les fenêtres renvoient
ses lignes
les fleurs éclatent
comme des voix.

Lorsque ton jardin nous
reçoit
ta maison prend un air
étrange:
comme un reflet, la véranda
nous accueille, sourit
et change.

Les arbres ont de
grand coups d’ailes
derrière et devant les
buissons.
La vague, au loin,
parallèle,
se met à briller par
frissons.

Je garde dans la
solitude
comme un pressentiment de toi
Tu viens! et le ciel se
déploie,
la forêt, l’océan
reculent.

Max Jacob, Romance

Photo ©Moi- Pourville 2020

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.