Emerveillement

C’est sûrement lorsque l’on comprend enfin que l’on doit être anonyme et non pas quelqu’un que tout arrive. Personne, perdu dans les milliards d’individus. Comptez jusqu’à 7 milliards  à raison d’un chiffre par seconde, il faut plus de 220 ans. Qui voulez-vous espérer être ? La messe est dite. Et l’émerveillement alors ? Il reste entier, il n’y aurait plus aucune chance à l’accident heureux, et entrer dans une fatalité numérique, où notre cerveau lentement devient la data idéale, ou pire encore aux croyances des astrologues et autres mages, voilà, l’exercice le plus compliqué celui de la discipline quasi scolastique, celui de la rigueur d’un empereur romain, de la logique d’un penseur allemand, c’est le chemin, comme on apprend à parler, à marcher, on apprend à penser. Vous voyez là, vous me lisez numériquement, et on pourrait se demander ce que fabrique le président de FB et à quoi il pense.
Il pense pour nous, et investit dans le cerveau-machine… Vous êtes prêts , nous sommes prêts, nous commençons à confier à des firmes sérieuses et puissantes nos albums de familles, notre vie, nous renseignons, sans cesse, sur ce que nous faisons, où nous nous trouvons. Quels sont les combats ? Les retraites ? L’égalité des droits ? La violence aux femmes ? Ah oui ! la planète… Sauver la planète de qui ? Du communisme ? On rit… De l’islamisme, on rit moins, des virus… Oui les virus les autres, peur des autres oui bien sûr. L ‘émerveillement, c’est échapper à tout cela, et chercher à fabriquer ces instants plutôt et peu à peu reconnaître les besoins artificiels aliénants. En revanche, je n’ai pas de formule magique ni de martingale de sorciers. La liberté individuelle est un sport de combat …

©Moi-2020