L’avenir du Pêcheur

1985-08---Peche-a-la-ligne002

Août 85.

Pour raconter ma vie, j’aurais pu, comme il se doit, commencer par les photos au berceau, elles sont là, mais  j’ai préféré commencer le montage par mes 21 ans au beau milieu des années 80, la majorité absolue, et aujourd’hui à l’heure du revival de cette période plastique et conso, on peut se demander en historien : « Mais, c’est quoi un jeune dans les années 80 ? »  La sociologie est mise à bas par ce seul cliché. Si on devait n’en prendre qu’un, je ne suis pas le bon échantillon pour Bièvres. Quelle représentativité ? Un jeune anarchiste ? Le look léniniste ?  Un indigène des peuplades d’Amazonie, colonisé ou pas ? une bande annonce d’époque de la sortie du prochain « connaissance du monde » ? L’enfance de RAMBO ? Non, nous sommes en France, Roger Giquel pourrait rajouter   » La France a peur ». C’est dans l’Héraut, Ce sont les années Mitterrand.

Concentrer sur ma gaule, ce qui a 21 ans est … Ha ça ricane dans le fond ! C’est la canne à pêche, le symbole de la ligne de conduite de la connection au grand tout, c’est de ces questions dont je parle.. Pénibles… Donc seule au monde et concentrer sur ma… Ligne qui trempe au fond… Bon c’est bon je laisse tomber la philo, y’en a pas un qui suit. Ce rigole, je perds mon temps.

Pour ce qui est de la pèche, je rassure les ânes sensibles qui préfèrent les ramener surgelés, les pauvres poiscailles hameçonnés étaient systématiquement rejetés à la rivière. Sinon pour les gens normaux, c’était quoi les années 80 ? Le club med’, les vacances en Espagne, Les campings bondés ? Les bouchons de la cote d’Azur ? Les seins à l’air avec le coup de soleil qui va avec ? Mes vacances ont l’air des congés de payés de 36, d’une partie de campagne à la Renoir, ou d’un chasseur cueilleur du Néandertal.

Pourtant dans ce calme, dans cette solitude, il se trame quelque chose qui un mois plus tard va changer ma vie. Septembre 85, je renoue avec mon flirt de mes 15 ans, je pourrais vous dire que j’aurai mieux fait de me péter une guitare, mais dans les 25 années de mariage qui suivirent, viendront sur notre belle planète terre, Deo gracias, trois enfants qui se joindront à celle qui étaient déjà le berceau depuis  8 mois, la cigogne l’ayant précédée. A 22 ans, bientôt j’entrerai dans la cour des adultes responsables, mais dans ma tête de petit basque, reste gravée cette image.  Oui j’aurais mieux fait de me péter une guitare, nous verrons ça plus tard. Tout commence, je deviens musicien, dans des groupes de punk et de musiques expérimentales, mari, père, que votre volonté soit faite, que votre règne arrive.

Les années 80, c’est ce mélange de l’après guerre, de 68, d’Hara Kiri, De Mitterrand, de l’informatique que se repend partout, entre anarchiste, communiste, banlieusard à la Higelin et Marthe Keller, beatnik et geek, tout se mélange de Jean Gabin à Franck Zappa, De Choron à Bernard Tapie, De Bernard Pivot, à Coluche, ils sont tous là, Reiser, Gotlib, Metal Hurlant, je les ais tous eus, tous les trucs de gauchos, à part la dope, «  4 pétards et puis s’en vont, je ne suis pas tombé dans le panneau, je les ais vus les mecs sous acides sous héro, encore à ramper pour le fric, il y en a encore comme les alccolos acrocs au sucre, les junks restent accrocs au fric. Toutes ces saloperies pour tous les cons,  et l’alcool :  ravage. Entre ceux qui sont crevés, ceux qui sont des loques, moi impec , pas d’alcool, pas de dopes, pas de clopes… Comme neuf.

De ma mère dans les orphelinats de la Charente inférieure,  au Paris de Giraud par mon père et son frère jumeau issu de San Antonio, à Nanterre des années 70, par ma frangine, à Mes potes socialistes de 80, les vrais hippies et beatnicks, tout ce monde interlope qui me composent. alors sur cette photo je suis seul, mais toutes ces choses qui me font aller jusqu’à mes 55 ans sont une suite pas logiques, pas morales, pas vertueuses, un long collier de péchés surtout amusant, rocambolesque, je conseille la désobéissance très vite mais je déconseille le manque de valeurs de discipline et de raison.

Une réflexion au sujet de « L’avenir du Pêcheur »

  1. Ping : J’veux du soleil | LAURENT MELIZ

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.