Les années de troubles sont sans fins. Tout comme le désir se renouvelant sans cesse à l’infini. Penser que j’allais en fuyant, en me fuyant moi-même trouver le paradis, si ce n’était pas si faux, il s’agissait toutefois d’un court instant. Oui se retrouver nu, enfin, pour le cout, la pleine conscience, je l’ai vue de mes yeux vue, ces images d’Eden, je les ai vues, debout éveillé, de l’amour et de l’eau fraiche, tout cela était bien réel. Artificiel ? Surement aussi, une réalité, on peut croire par son expérience que c’est du beau concret. Et même si je devais échouer au bout de ces vaguelettes. Quelles seraient mes premières questions ? Mes premières inquiétudes ? Le manque et son désir ressurgiraient, et il faudrait répondre encore à toutes les craintes. L’Homme est naturellement bon ? Je n’en sais rien, inquiet ? Oui surement. Et de son inquiétude nait sa sociabilité. C’est un engrenage bien humain. Celui qui essaye d’échapper à cette mécanique, soit par l’immobilisme ou en grimpant au sommet des montagnes, ne fait que fuir cette évidence. Et, on échappe jamais à l’inquiétude à l’intranquillité. C’est clair ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s